Des bœufs sont piégés dans des navires depuis plus de deux mois

Les pays n’acceptent pas le débarquement, car les animaux seraient infectés par la «maladie de la langue bleue». En conséquence 2 600 bœufs sont confinés à bord des navires depuis plus de deux mois. Les ONG de protection des animaux soupçonnent que les animaux sont morts ou en détresse. Comprendre le drame.

Chronologie des faits

Plus de 2 600 bœufs ont été confinés sur des navires qui n’ont encore réussi à accoster dans aucun pays depuis plus de deux mois. Les animaux ont quitté l’Espagne peu avant Noël pour la Turquie, où ils seraient débarqués pour être abattus. Jusqu’à aujourd’hui, cependant, cela ne s’est pas produit et les conditions dans lesquelles les animaux se trouvent sont difficiles à préciser. Les bœufs sont divisés en deux vases : l’Elbeik, avec 1776 têtes de bétail, et le Karim Allah, avec 895 veaux. Les deux ont été empêchés d’accoster en Turquie et dans les pays voisins tels que la Libye, l’Égypte, la Tunisie et Chypre, car les gouvernements affirment que le bétail est contaminé par la soi-disant «maladie de la langue bleue». La condition n’affecte pas les humains, mais elle peut se propager parmi d’autres animaux. Selon le ministère espagnol de l’Agriculture, cependant, les bœufs ne sont pas contaminés et étaient en bonne santé à 100 % lorsqu’ils ont embarqué. Depuis deux mois, les deux navires errent de port en port pour tenter de débarquer la cargaison animale, mais il n’y a eu aucune autorisation d’aucun pays. Les entités de protection animale craignent qu’une grande partie des bœufs soit déjà morte et que ceux qui restent en vie se trouvent dans des situations précaires.

Où vont les navires ?

Le navire Karim Allah a finalement reçu l’autorisation de l’Espagne, lundi dernier, de regagner le port de Carthagène, d’où il est parti. Quand il y arrivera, cependant, il ne pourra pas débarquer la cargaison vivante, car le gouvernement espagnol a conseillé que les animaux soient euthanasiés pour éviter les risques. Cela a soulevé la suspicion que les bœufs sont effectivement contaminés. Les propriétaires de marchandises refusent de sacrifier des animaux, ce qui a rendu cette histoire encore plus difficile à résoudre. De plus, le commandant du navire a cessé de demander la fourniture d’aliments pour le bétail il y a quelque temps et n’a pas laissé les vétérinaires monter à bord, ce qui a fait supposer aux défenseurs des droits des animaux que tous les bœufs étaient déjà morts. Cependant, selon le ministère espagnol de l’Agriculture, « seuls 15 animaux ont été tués à Karim Allah ».