Le traitement de l’insomnie chez les personnes âgées

Des études montrent qu’environ 5 % de la population adulte mondiale souffre d’insomnie et 20 % de troubles liés à l’apnée du sommeil. L’insomnie est fréquente chez les personnes âgées. Ce sont des chiffres inquiétants, compte tenu de l’importance du sommeil pour la santé de notre corps.

Le sommeil change avec l’âge

De notre naissance à notre mort, nos habitudes de sommeil changent considérablement, notamment en ce qui concerne leur durée. Les bébés et les enfants pourront dormir 10 à 14 heures par jour. Les jeunes adultes pourront dormir entre 6,5 heures et 8,5 heures par jour. Les seniors pourront dormir 5 à 7 heures par jour. C’est à 60 ans, si un mode de vie saine est maintenu et que la santé est favorisée, que la durée du sommeil se stabilise. Les habitudes de sommeil changent également avec l’âge et, à tout âge, leur compréhension est essentielle pour traiter les affections liées au sommeil.

Améliorations de la qualité du sommeil

Bien que cela semble contradictoire, la diminution de la durée du sommeil peut être accompagnée d’une amélioration de vos habitudes et peut conduire à un sommeil plus «de qualité». Les adultes sont moins susceptibles de se plaindre de problèmes de sommeil que les plus jeunes.

Les principaux troubles du sommeil

Il existe plusieurs troubles du sommeil, transversaux à tous les âges. Ce sont l’insomnie, la narcolepsie, l’hypersomnie, la parasomnie, entre autres. Cependant, les deux principaux troubles du sommeil qui affectent la population mondiale sont l’insomnie et l’apnée du sommeil.

Traitement de l’insomnie

Le traitement de l’insomnie, en particulier chez les personnes âgées, doit être effectué de manière non pharmacologique, en utilisant des thérapies telles que la stimulation cognitive et en éduquant l’utilisateur à l’hygiène du sommeil. S’il n’y a pas de résultats évidents dans le traitement de la pathologie, le médecin doit commencer un traitement pharmacologique. Les personnes âgées institutionnalisées peuvent être affectées par le bruit et la lumière la nuit, selon la nature de l’établissement. La réduction des stimuli externes s’est avérée insuffisante pour le traitement du problème, et le médecin doit ou non intervenir avec d’autres thérapies pharmacologiques.